La CFDT exige le retour de l’Allocation Equivalent Retraite

La CFDT exige le retour de l’Allocation Equivalent Retraite

Après le rejet par les députés jeudi 8 novembre d’un amendement rétablissant l’Allocation Equivalent Retraite (AER),  Laurent Berger, secrétaire général adjoint de la CFDT, a indiqué à Sipa qu’il l’exigerait  de nouveau au cours de la conférence sur la pauvreté des 10 et 11 décembre 2012.

Les députés ont rejeté le 8 novembre l’amendement rétablissant l’AER

Laurent Berger, successeur désigné de François Chérèque à la tête de la CFDT, a indiqué qu’il regrettait le refus de l’Assemblée nationale de rétablir l’AER. Les députés ont en effet rejeté jeudi 8 novembre 2012 en séance publique un amendement du député PS Jean-Patrick Gille instaurant de nouveau cette aide pour les seniors licenciés en 2008 et en 2009, en fin de droit d’indemnisation, ayant suffisamment cotisé mais pas encore atteint l’âge légal de départ en retraite.

« C’est une injustice terrible parce que ces personnes en fin de droits ont cotisé le nombre légal d’années pour avoir droit à leur retraite. Elles ont rempli leur devoir mais ne peuvent pas bénéficier de leur pension parce qu’elles n’ont pas encore l’âge légal. Cette mesure ne coûtait que 10 millions d’euros. Et il est clair que les personnes parties en 2008 et en 2009 comptaient bien évidemment sur l’AER, qui a été supprimée », a expliqué  l’actuel secrétaire général adjoint de la CFDT.

Les personnes concernées vivront avec le RSA

Précisant que la CFDT est régulièrement alertée sur le sujet, il estime que les personnes concernées et privées d’aide « ne peuvent pas comprendre le sort qui leur est réservé et se retrouvent en difficulté, à devoir vivre sans perspective d’emploi, avec 470 euros par mois », soit le montant du RSA.

Supprimée en janvier 2011, l’AER permettait aux chômeurs en fin de droits ayant tous leurs trimestres pour une retraite à taux plein de faire la jonction en attendant d’atteindre l’âge légal pour partir. L’ancien gouvernement avait accordé un rétablissement temporaire en proposant une allocation de transition (ATS) du même montant dont pouvaient bénéficier les seniors en fin de droits entre le 1er juillet 2011 et le 31 décembre 2014.

Un amendement au PLF de  Jean-Patrick Gille, devait apporter une solution aux personnes licenciées en 2008 et 2009 mais exclues de l’ATS. Adopté en commission des Affaires sociales, il n’a pas été soutenu par le gouvernement et rejeté par l’Assemblée nationale jeudi. Le ministère du Travail a justifié ce refus du gouvernement par « un coût trop important » et « le fait que cette question pourrait être revue à l’occasion de la nouvelle réforme des retraites ».

250 millions d’euros pour 30 000 bénéficiaires

Pour Laurent Berger, le coût du retour de l’AER avancé par le gouvernement  est exagéré.  Michel Sapin a ainsi estimé ce coût entre 800 millions et un milliard d’euros, sans donner davantage de précisions sur le nombre de bénéficiaires potentiels et préférant remettre le sujet aux discussions globales sur la réforme des retraites prévues en 2013. « Le dispositif coûte plutôt 250 millions d’euros pour environ 30.000 personnes entrantes chaque année », précise Laurent Berger.

L’ATS et le décret carrières longues ne suffisent pas

D’après lui, l’allocation transitoire de solidarité (ATS) instaurée en juillet 2011, en remplacement de l’AER, « a réglé le problème pour 11.000 personnes », d’autres étant désormais prises en charge par l’élargissement par décret du dispositif carrières longues, qui permet un départ à la retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans. « Mais, beaucoup sont encore face à cette difficulté et nous contactent régulièrement », conclut Laurent Berger.

La CFDT compte profiter de la conférence sur la pauvreté de 10 et 11 décembre 2012 pour exiger le retour de l’AER une nouvelle fois.

email

7 réponses à “La CFDT exige le retour de l’Allocation Equivalent Retraite”

  1. LE BOUETTE

    Bonjour,

    Merci au nouveau secrétaire général de la CFDT de maintenir la pression auprès du gouvernement pour le rétablissement de l’AER.

    En effet, la décision de M SAPIN de rejeter les propositions des Députés et Sénateurs est tout à fait scandaleuse car il maintient dans la précarité des seniors demandeurs d’emploi de fin de droit, notamment les femmes, qui ont validé tous leurs trimestres (mais sont exclues des longues carrières).
    Cordialement

    Dans l’attente des négociations sur la future réforme des retraites de 2013, qui ne sera effective vraisemblablement que pour le second trimestre 2013, il est urgent de publier dès maintenant un décret qui rétablisse l’AER version 2010 (pour tous les ayant-droits de 2011-2012 et 2013 jusqu’à publication de la réforme( où le volet AER aura été re-négocié entre les partenaires sociaux et l’Etat ).

    1. martine

      Lundi 21 janvier 2013, le 1er ministre doit annoncer la nomination de François CHEREQUE pour assurer la mise en oeuvre du plan de lutte contre l’exclusion et la pauvreté. Ce sera l’occasion pour F CHEREQUE de mettre en oeuvre notre revendication et celle de la CFDT.

  2. caro

    Bonjour
    Le gouvernement a rejeté la proposition d’amendement au projet de budget de 2013 pour rétablir l’AER. Motif le coût : Extrait de la réponse à l’ASSEMBLEE NATIONALE /
     »
    S’il était décidé un rétablissement partiel du dispositif, notamment pour ceux qui ont été trompés par la majorité précédente car ils espéraient légitimement pouvoir bénéficier de l’AER à l’issue de leur période d’indemnisation chômage (entre-temps, le dispositif a été supprimé), trois scénarios ont été chiffrés (qui correspondent aux dates de suppression du dispositif) :

    – Individus licenciés avant le 31/12/2008 : 1 000 bénéficiaires => 12 millions d’euros
    – Individus licenciés avant le 31/12/2009 : 5 000 bénéficiaires => 60 millions d’euros
    – Individus licenciés avant le 31/12/2010 : 10 000 bénéficiaires => 120 millions d’euros »

    Le Gouvernement prend également en compte dans son calcul les licenciés de 2010, Or ce n’est qu’après expiration de 36 mois de droit au chômage qu’ils pourraient prétendre à l’AER, Soit en 2013. Il est donc tout à fait possible d’attendre la réforme des retraites de 2013 pour les futurs bénéficiaires mais d’effectuer la régularisation pour les licenciés de 2008 et 2009 qui auraient du bénéficier en 2011 et 2012 de l’AER.

    Par ailleurs, il est possible de verser un montant plus modeste que celui de l’AER actuelle mais supérieur à l’ASS que touchent actuellement les seniors.
    Enfin il faut que les syndicats insistent sur les coûts indirects :
    - pour Pôle emploi (stages à perte et conseillers monopolisés pour rien)
    - pour les aides sociales et sanitaires qui coûtent également très cher
    - fiscalement, moins de dossiers de surendettement à liquider, en AER nombre de seniors deviendraient imposables, et plus de consommation.
    Il est urgent d’agir pour un rétablissement dès janvier 2013 pour les licenciés des années 2008 et 2009 (basculement aer 2011 et 2012) et ensuite pour les futurs bénéficiaires de reprendre le dispositif dans le cadre de la réforme des retraites.

  3. LOBLIGEOIS

    j’ai 57 ans , j’ai été licenciée fin 2008 avec normalement la retraite à 60 ans et l’AER pour y arriver, mais étant en couple et dépassant le plafond (1709 €) je touche 0 euro après 35 ans de travail et ayant commencée à 17 ans et demi.
    Comme trahison merci la gauche et surtout Mr Hollande
    Je suis complètement dégoutée et pas prète de revoter

  4. sylvie

    Aujourd’hui on nous annonce une nouvelle conférence sur la pauvreté pour le 21 janvier 2013 je crois. A quoi bon ? Il y en a déjà eu une et pas un mot pour les chômeurs ayant validé tous leurs trimestres. Rien, nada, comme si on existait pas.

    On pourrait au moins rétablir l’AER pour tous les licenciés de 2008-2009 qui auraient du avoir l’aer après leurs 3ans de chômage. Ca fait deux ans que rien ne bouge pour nous. Attendre encore plusieurs mois qu’un nouvelle aide soit crée, c’est se fiche du monde. L’ASS Majorée existait aussi avant l’AER ce serait déjà mieux que de rien n’avoir d’autre que l’ASS.

  5. Becquet

    Bonjour,
    Il existe maintenant une pétition en ligne pour le rétablissement de l’allocation équivalent retraite.

    http://www.change.org/fr/pétitions/monsieur-françois-hollande-président-de-la-république-française-rétablissement-de-l-allocation-équivalent-retraite

    L’objectif est de recueillir 100.000 signatures pour les envoyer au Président de la République et ainsi sensibiliser le gouvernement sur le cas de ces personnes salariés, licenciés à partir de 55 ans, devenant des chômeurs, puis des précaires à la fin de leurs droits et dans la double peine avec l’augmentation de la durée de cotisation et de l’âge légal.
    Cordialement

  6. fflo

    Bonjour!
    J’ai signé la pétition « Monsieur François Hollande Président de la République Française: Rétablissement de l’allocation équivalent retraite » et j’ai besoin de votre aide pour la faire décoller.
    Nous pouvons tous être concerné, un jour ou l’autre par le sujet.
    Pourriez-vous prendre 30 secondes pour la signer? Voici le lien:

    http://www.change.org/fr/pétitions/monsieur-françois-hollande-président-de-la-république-française-rétablissement-de-l-allocation-équivalent-retraite

    Voilà pourquoi c’est important:
    Le dispositif, supprimé le 1 janvier 2010, est partiellement rétabli en 2011 sous le nom d’allocation transitoire de solidarité, mais avec des conditions plus restrictives, ne concerne qu’une minorité de personnes. Quant aux personnes non concernées, ils sont maintenant dans la double peine, la durée de cotisation et l’âge légal ont augmenté, faisant ainsi de ces personnes à l’origine des salariés, puis des chômeurs et enfin des précaires.
    Et je vous demande également de la partager avec vos amis.
    Merci!

Laisser un commentaire